Requin préhistorique attaque la théorie de l’évolution

Fossile vivant ! L’agence de presse Reuters a annoncé le 24 janvier 2007 qu’un rare requin « préhistorique »  (Chlamydoselachus anguineus) a été filmé par le « Awashima Marine Park » à Shizuoka, près de Tokyo. Selon R. Aidan Martin, la créature se ressemble à une anguille avec environ 300 dents en 25 rangs et peut atteindre une longueur de deux mètres. Le requin habite les eaux de mer à une profondeur de 120 à 1280 mètres. Le video MSNBC a dit que cet animal vivait il y a 50 millions d’années et n’a pas beaucoup changé.

Quand les évolutionnistes commençaient à trouver des créatures vivantes qu’ils croyaient disparus depuis – selon leur interprétation de la couche fossile – des millions d’années, ils ont dû inventer un nouveau terme : « fossile vivant ». Ainsi ce requin est désigné comme un « fossile vivant » qui selon Le Petit Robert est « animal ou végétal, seul ou l’un des seuls représentants trouvé actuellement d’une espèce autrefois florissante ».

Selon Wikipédia, « Les exemples [de fossiles vivants] les plus connus sont ceux des poissons coelacanthes (Latimeria chalumnae et Latimeria menadoensis) et du métaséquoïa, arbre découvert en 1943 dans une lointaine vallée chinoise. »

En parlant des fossiles non vivants, Gary Parker, Ph.D., biologiste/ paléontologiste et ancien évolutionniste, dit : « Les fossiles sont un grand embarras pour la théorie de l’évolution et appuient fortement le concept de la création. » L’article « Que nous apprennent les fossiles à propos de l’évolution ? » à www.christiananswers.net, donne les faits suivants qui sont embarrassants pour la théorie de l’évolution :

  • Apparition soudaine des animaux
  • Apparition soudaine aussi des plantes
  • Invariabilité des animaux
  • Abondance des fossiles
  • Formation rapide des strates géologiques
  • Formation rapide du charbon
  • Conditions très spéciales requises pour la fossilisation
  • Mauvais ordre chronologique pour l’évolution

Selon cet article, les fossiles démontrent :

Invariabilité des animaux. Contrairement à la croyance populaire, la plupart des fossiles ne sont pas des traces d’animaux éteints. La majorité des spécimens fossilisés sont très semblables (et souvent totalement identiques) aux créatures vivant aujourd’hui. On dit qu’il y a bien plus d’espèces animales vivantes qu’il y en a de connues uniquement à l’état fossile. Si l’évolution est vraie, on peut se demander pourquoi ce n’est pas exactement l’inverse! L’histoire évolutionniste est supposée être remplie des stades transitoires de l’amibe à l’homme.

Abondance des fossiles. Les évidences appuyant l’évolution sont toujours manquantes en dépit de l’énorme quantité de fossiles. Bien que les scientifiques découvriront encore de nouvelles variétés d’animaux et de plantes fossiles, on reconnaît généralement que les millions de fossiles déjà découverts (et les dépôts sédimentaires déjà explorés) fournissent une indication fiable sur la nature des indices fossiles : c’est qu’ils n’appuieront pas davantage dans le futur que maintenant la théorie de l’évolution.

Profile du requin « préhistorique »Les évolutionnistes ne semblent pas se rendre compte que les fossiles vivants sont des preuves que la théorie de Darwin et leur interprétation de la couche fossile sont défectueuses. Il est manifeste que les fossiles vivants n’ont pas disparu pendant des millions d’années pour réapparaître de nos jours comme l’interprétation évolutionniste des couches fossiles nous amènerait à croire. Psaume 104 nous explique qu’au Déluge, les strates géologiques ont été rapidement formées :

« Il a établi la terre sur ses fondements, A tout jamais elle est inébranlable. 6 Tu l’avais couverte de l’abîme comme d’un vêtement, Les eaux se tenaient sur les montagnes ; 7 Elles fuyaient devant ta menace Elles se précipitaient à la voix de ton tonnerre. 8 Des montagnes s’élevaient, des vallées s’abaissaient Au lieu que tu leur avais établi. 9 Tu as posé une limite que (les eaux) ne doivent pas franchir, Afin qu’elles ne reviennent pas couvrir la terre » (Psaumes 104:5-9 SER).

Si nous voulons comprendre la présence des soi-disant fossiles vivants, il nous convient de tenir compte du Déluge mondiale. L’Apôtre Pierre a dit que dans les derniers jours, des gens oublieraient volontairement les effets du Déluge :

« En effet, ils oublient volontairement qu’il y eut, autrefois, des cieux et une terre qui, du milieu de l’eau et formée par l’eau, surgit à la parole de Dieu, 6 et que, par les mêmes causes, le monde d’alors périt submergé par l’eau ; » (2 Pierre 3:5-6 SER).

Paul dit que les hommes « retiennent injustement la vérité captive » (Romains 1:18). Quand vous entendez parler de la capture des requins préhistoriques ou des coelacanthes ou d’autres « fossiles vivants », comprenez bien le message : ce sont des preuves « vivantes » que la théorie de l’évolution est mal fondée.

About these ads

À propos de J. Gary Ellison

Je suis pasteur et formateur de pasteurs en Afrique, Europe et dans le Pacifique depuis 1978 et avec mon épouse depuis 1982. Nous servons au Vanuatu depuis août 2007. Nous sommes mariés depuis 1982 avec deux enfants qui sont tous deux nés en 2001. Je partagerai quelques pensées sur la vie de l’église et la vie chrétienne d’une perspective pastorale. Le pasteur berger prévoit et prévient. Il protège (Jean 10:11-13). Il guide et il conseille. Il « enseigne, convainc, redresse et éduque dans la justice » (2 Timothée 3:16-17). J’espère que ces perspectives vous seront utiles et salutaires.
Ce contenu a été publié dans Science, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

34 réponses à Requin préhistorique attaque la théorie de l’évolution

  1. Marc dit :

    La théorie de l’évolution et les rapprochements avec le singe ressemble de près à l’idéologie de la réincarnation que l’église rejette.
    En se basant sur la bible on peut dire qu’il y a eu “une évolution”(changement) dans la création. Après que l’homme et la femme eurent péchés ils furent chassés du Paradis terrestre. Et Dieu dit à l’homme qu’a cause de sa faute qu’il devrait travailler à la sueur de son front que la femme enfanterait dans la douleur et qu’il retournerait à la poussière. C’est tout une évolution si je me permet de le dire et un gros changement. Donc un très grand changement dans la création ou une infirmation attendant une Rédemption par celui que tout a été créé. Peut-être que les animaux ne devait pas se manger entre eux ni les hommes les manger. Mais Dieu à permit cette modification et quelle évolution(changement)si notre planète était parfaite et heureuse avant la chute.
    Je m’arrête avant que je devienne un autre théoricien évolutif(changement).
    Bien à vous .

    • « La question est de savoir, dit Alice, si vous avez le droit de donner tant de significations différentes aux mots. »
      Aventures d’Alice au Pays des Merveilles par Lewis Carroll

  2. Joannie dit :

    Ou est le commentaire de pascal?

  3. Joannie dit :

    Je trouve le commentaire de pascal très pertinent, il démontre enfin de façon détaillée la théorie de l’évolution puisque le problème semble être l’interprétation que les gens qui viennent sur cette page ont de cette théorie.
    Aussi j’ai bien aimé le commentaire de Eboo qui, à la place d’essayer de défaire l’évidence, va chercher la véritable nature de Dieu en adaptant les textes bibliques symboliques aux découvertes contemporaines.
    Bref, je suis curieuse de lire la suite de ce débat :)

  4. pascal dit :

    Correction: au 5eme paragraphe:

    « car ce n’est à mon avis pas à ceux qui doutent d’en démont-R-er éventuellement la non existence mais à l’inverse, à ceux qui affirment son existence, d’en démont-R-er la réalité. »

    Merci

  5. pascal dit :

    Monsieur Ellison;

    Après avoir lu les différentes contributions et notamment votre réponse à ma question, je viens ici exposer mon modeste point de vue.

    Tout d’abord je tiens à souligner que j’ai été élevé par des parents remarquables, qui ne m’ont jamais asséné de vérité. Ils m’ont appris à douter, à ne jamais prendre pour argent comptant des affirmations dogmatiques,péremptoires, non démonstratives.

    Bien entendu parmi les doutes auxquels j’ai eu à faire face, figure l’existence ou la non existence de dieux, d’un dieu, de Dieu.

    Je m’en tiendrai ici à Dieu puisqu’au final c’est en Lui seul que l’immense majorité de l’humanité croyante accorde une réalité aujourd’hui.

    Je n’aurai pas la prétention de démontrer l’existence ou la non existence de Dieu, bien d’autres l’ont tenté avant moi et le tenteront encore. Il me suffit de me concentrer sur la démarche intellectuelle des différents contradicteurs. Cela suffit au final , car ce n’est à mon avis pas à ceux qui doutent d’en démonter éventuellement la non existence mais à l’inverse, à ceux qui affirment son existence, d’en démonter la réalité.

    Or je constate ceci: les tenants de l’existence de l’être suprême s’en tiennent à des affirmations péremptoires ou des citations vaguement traduites d’anciens textes venus du fond des âges, temps où l’Homme confronté aux mystères du Monde avait soif de réponses.

    Jamais la logique n’intervient dans l’argumentation, sauf celle qui consiste à dire que puisque l’on n’a pas de réponse sur tel ou tel sujet, c’est donc la preuve de l’existence de Dieu. Cela n’est qu’apparence. Il ne s’agit pas de logique ni de bon sens, ce n’est que l’expression d’une ignorance qui n’amène à aucune possibilité d’enrichissement intellectuel. Cela assouvit certes la soif de réponse, mais n’assouvit pas la soif de savoir.

    Conscients de cela et de leur incapacité à apporter des éléments logiques et concrets, les tenants du divin n’ont comme seule arme que la rhétorique destructrice de la démarche scientifique.

    La démarche scientifique consiste par définition à douter, à remettre sans cesse sur le métier. Pour en rester précisément sur le sujet de l’évolution ou de la création, les croyants utilisent les failles des théories (au sens de système conceptuel élaboré afin de tenter d’expliquer certains phénomènes) comme outils de contradiction, sans jamais apporter d’outils de construction et d’amélioration.

    Vous dites par exemple, je vous cite:

    « les créationnistes ne mettent pas en question les données, seulement l’interprétation des données. Selon les citations ci-dessus, même les paléontologues acceptent l’absence des fossiles transitionnels qui sont nécessaires pour prouver l’évolution. Le registre fossile ne soutient pas le gradualisme. »
    Ceci est la démonstration de ce que je dis plus haut: vous ne mettez pas en doute les données car ces données sont factuelles et que vous ne le pouvez pas. Vous en mettez en doute les interprétations, mais n’apportez comme seule pierre à l’édifice l’affirmation de la présence divine. Vous n’apportez par ailleurs aucun élément factuel.

    Je suis très tenté en l’état de revenir sur le fond de votre affirmation car il est aisé d’en démontrer l’inexactitude, mais je tiens pour l’instant à ne pas dévier de mon cheminement.

    J’en reviens donc plus précisément au sujet initial, créationnisme « contre » évolutionnisme.

    Les tenants du créationnisme se basent sur des incertitudes, des lacunes , des voiles non levés de la théorie darwinienne. Cela est aisé, puisque par définition l’accumulation du savoir entraine une multitude de nouveaux questionnements.

    Darwin a apporté sa pierre, certes insuffisante au regard du mystère global, mais néanmoins apte à construire l’édifice du savoir.

    La démarche scientifique consistant à sans cesse remettre en question le savoir supposé acquis, il est normal et sain que des scientifiques émettent des doutes sur les théories de leurs prédécesseurs. Cela n’en invalide pas pour autant les fondements, cela sert au contraire bien souvent à les compléter.

    Cela est d’autant plus vrai pour la théorie darwinienne, qui a jeté l’une des bases de la recherche scientifique, et a su apporter les premiers éléments de réponse fondés sur un raisonnement sain, sur des observations et non sur des pré-établis dogmatiques.

    Pour le cas très précis des fossiles, toute votre démarche est basée sur des ambiguïtés verbales et dialectiques. Vous transformez la définition du terme fossile, mixez cela à une qualification imagée à des fins de vulgarisation scientifique, des êtres vivants vieux de centaines de millions d’années mais encore existants pour « construire » votre argumentation. Mais celle ci est bancale car les « fossiles vivants » ne sont tout simplement PAS des fossiles. Ce sont des êtres parfaitement adaptés à un environnement qui n’a pas subi de modification majeure depuis leur apparition; tout simplement.

    L’on peut citer de nombreuses espèces et familles vivantes dans ce cas: Chéloniens, Crocodiliens, Anoures, cyanophycées… la liste est longue.

    Le Cœlacanthe n’est qu’une espèce que l’on croyait éteinte tant elle était ancienne,mais dont on a retrouvé des spécimens encore vivants. Cela ne remet en rien en question le fait que certains descendants de cœlacanthes aient pu évoluer vers des formes ultérieures. L’évolution n’est pas linéaire, elle est buissonnante.

    L’adaptation de certains individus vers des formes adaptées à un autre environnement n’implique pas forcément la disparition de la lignée transitoire initiale.

    Vous dites par ailleurs que l’on ne trouve pas de formes transitionnelles. Et bien si justement: le cœlacanthe en est une!

    Bref, j’attends de vous que vous apportiez un début de preuve solide, que vous participiez à construire l’édifice du savoir sans citations galvaudées mais avec des argumentations solides. Que vous n’assouvissiez pas dogmatiquement la soif humaine de réponses.

    Ou autrement dit, la critique est aisée, mais l’art est difficile

    Cordialement.

    • Bonjour Pascal,

      Merci de votre lettre que j’ai lue avec beaucoup d’intérêt. Je viens d’arriver ce soir au Fidji pour une conférence. Je vous répondrai quand j’aurai plus de temps pour bien répondre.

      Je vous remercie d’avance pour votre compréhension.

    • Merci, Pascal, pour votre lettre. Je regrette le délai.

      Je voudrais répondre à quelques commentaires que vous avez faits.

      …ce n’est à mon avis pas à ceux qui doutent d’en démonter éventuellement la non existence mais à l’inverse, à ceux qui affirment son existence, d’en démonter la réalité.

      Vous voulez dire que c’est aux croyants en Dieu de prouver ou de démontrer la réalité de l’existence de Dieu qu’ils affirment. Je dirai de même que c’est aux croyants en évolutionnisme de prouver la réalité de ce qu’ils affirment, ce qu’ils n’ont pas fait en 150 ans.

      En effet, je ne cherche pas à prouver l’existence de Dieu. Ce n’était pas la cible de mon article. Je dis tout simplement que les évolutionnistes n’ont pas prouvé la réalité de ce qu’ils affirment.

      (J’ouvre donc une parenthèse au sujet de l’existence de Dieu. Au travers des siècles, des philosophes et des théologiens ont avancé des "preuves" (ontologique, téléologique, morale, esthétique, etc.) de l’existence de Dieu, preuves qui ont une valeur disputable.

      Tout d’abord, la Bible même ne cherche jamais à prouver l’existence du Dieu invisible. Donc, d’un point de vue chrétien, la nécessité de prouver son existence est douteuse. Par contre, la Bible dit que "les (perfections) invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages" (Romains 1:20). Elle dit encore : "L’insensé dit en son cœur : Il n’y a point de Dieu !" (Psaume 14:1). Selon la Bible, l’homme est créé dans l’image de Dieu dont l’existence est écrite sur le cœur de l’homme bien que l’on puisse étouffer la conscience de son existence. L’anthropologie indique que la croyance en le surnaturel est presque universelle, ce qui semble confirmer cette idée.

      Deuxièmement, si l’on pouvait prouver l’existence de Dieu, il y aurait toujours question de si ce Dieu était le Dieu de la Bible ou celui d’une autre religion.

      Troisièmement, Dieu cherche une relation avec ceux qui n’étouffent pas la vérité qu’il a mise dans leur for intérieur.

      Quatrièmement, il n’a cessé pourtant de rendre témoignage de ce qu’il est par ses bienfaits, et surtout par ces interventions dans l’histoire de l’homme, notamment le Déluge, l’Exode et par-dessus tout la résurrection de son Fils Jésus-Christ qui a été constaté par plus de 500 témoins oculaires (1 Corinthiens 15:6) et prêchée dans la même ville de sa crucifixion seulement 50 jours après le fait, ce qui donna naissance à l’église. Il aurait suffi de présenter le cadavre de Jésus pour avorter l’église. Cela prouve-t-il l’existence de Dieu ? Non. La Bible dit tout simplement que Dieu "a donné à tous (une preuve digne de) foi en le [Christ] ressuscitant d’entre les morts" (Actes 17:30). La "preuve" est digne de foi. Dans les preuve que Dieu nous donne, il n’enlève pas la nécessité de croire bien que la résurrection soit solidement ancrée dans l’histoire comme un fait réel.

      Je sais que vous n’aimez pas les textes anciens, mais puisque c’est le Dieu éternel qui les a donnés, ils sont d’actualité et il est plus difficile de se méprendre sur la Parole de Dieu que sur les fossiles.

      Je ferme la parenthèse.)

      Nous pouvons appliquer à l’évolutionnisme la logique de ce que vous avez présenté : c’est à ceux qui l’affirment d’en démontrer la réalité. Cela tourne dans les deux sens, comme je l’ai déjà indiqué. Pas mal de scientifiques disent que la réalité de l’évolution n’a pas encore été démontrée, que l’évolution est aussi une déclaration de foi, “affirmation dogmatique, péremptoire et non démonstrative”, ce qui se voit au travers de quelques commentaires sur ce blog.

      Si vos parents vous ont appris de douter, il serait aussi convenable de mettre en doute vos doutes. Les doutes de Descartes concernant sa propre existence se sont avérés faux. Les pensées de votre homonyme seraient peut-être plus utiles.

      Je suis d’accord que l’existence de difficultés n’est pas une réfutation de l’évolutionnisme. Pourtant, les énormes difficultés démontrent que l’évolution n’a jamais été prouvée.

      L’évolutionnisme veut me faire croire à l’incroyable. Comment pourrais-je croire

      * que les acides aminés réagissent au hasard l’un sur l’autre pour former des cellules vivantes et cela sans intervention aucune ?
      * que des molécules peuvent s’assembler pour devenir homme ?
      * qu’un être vivant peut apparaître sans ascendant, sans parent, ce qui "viole le principe Omne vivum ex vivo, d’après laquelle un être vivant ne peut provenir que d’un autre être vivant" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Biogen%C3%A8se) ?
      * que la complexité de l’information génétique du génome s’augmente d’une manière spontanée ?

      Selon la science de la biogénétique, il n’y a pas de processus naturel par lequel

      * les reptiles puissent se transformer en oiseaux,
      * les mammifères terrestres en baleines ou
      * les chimpanzés en êtres humains.

      Vous voulez parler de preuve, mais il n’y en a pas pour l’évolution. Il ne s’agit pas de la science mais d’une croyance. (Voir cette vidéo : Évolution : science ou croyance ?) Vous présumez que l’évolutionnisme soit établi, mais des milliers de scientifiques le rejettent.

      Vous dites

      les « fossiles vivants » ne sont tout simplement PAS des fossiles. Ce sont des êtres parfaitement adaptés à un environnement qui n’a pas subi de modification majeure depuis leur apparition ; tout simplement.

      Exact. Mais leur "absence" du registre fossile pendant des millions d’années démontre que les évolutionnistes n’ont pas compris la mécanique de la formation des strates. Ils ont mal interprété les strates et leurs conclusions sont donc erronées. Ce que nous apprenons des fossiles, c’est que tout être était complet et "parfaitement adapté à un environnement" et "n’a pas subi de modification majeure depuis son apparition". Le registre fossile ne soutient pas le gradualisme ; pourquoi y croire ?

      Pourquoi embrasser une croyance qui est fondée sur

      * des lacunes,
      * des erreurs,
      * des tromperies (par exemple, les dessins d’embryons d’Ernst Haeckel) et
      * une multitude de questionnements ?

      Il me semble que vous vous contredisez. Considérez ces deux citations qui ne séparées que d’une phrase :

      [Les fossiles vivants] sont des êtres parfaitement adaptés à un environnement qui n’a pas subi de modification majeure depuis leur apparition ; tout simplement…

      Le Cœlacanthe n’est qu’une espèce que l’on croyait éteinte tant elle était ancienne, mais dont on a retrouvé des spécimens encore vivants. Cela ne remet en rien en question le fait que certains descendants de cœlacanthes aient pu évoluer vers des formes ultérieures.

      Si le cœlacanthe était parfaitement adapté à son environnement (et là je suis d’accord), pourquoi certains cœlacanthes auraient-ils "évolué vers des formes ultérieures" et où est la preuve de cette supposition ? La vraie science se base sur des faits, pas sur des suppositions et des présomptions. Encore la question se présente : pourquoi le croyait-on éteint ? Pas simplement parce qu’il était "tant ancien" mais parce que les évolutionnistes n’ont pas compris comment les strates et les couches ont été formées, ainsi ont-il tiré la conclusion erronée qu’il avait disparu il y a 80 millions d’années. S’ils savaient lire les couches sédimentaires, ils ne feraient pas de telles erreurs.

      Vous dites que le cœlacanthe est une forme transitionnelle. Entre quels deux genres ? Quel est son ascendant? son descendant ? Veuillez m’excuser, mais où est la logique de cette déclaration ? Notre connaissance de l’ADN démontre qu’un genre ne peut pas en devenir un autre.

      Vous n’appréciez pas mon argumentation. Mon argumentation n’est pas la question. Cette sorte de réponse est une manière pour esquiver les questions difficiles. Les intervenants ne font pas face aux problèmes que présente l’évolutionnisme :

      * absence de fossiles transitionnels,
      * interprétation fautive du registre fossile,
      * impossibilité de l’évolution selon la biogénétique,
      * présence d’arbres pétrifiés réunissant plusieurs strates, ce qui démontrent clairement que les strates ont été formées rapidement et non pendant des millions d’années,
      * apparition soudaine des animaux et des plantes,
      * invariabilité des animaux,
      * abondance des fossiles,
      * formation rapide du charbon,
      * conditions très spéciales requises pour la fossilisation,
      * mauvais ordre chronologique pour l’évolution et
      * encore tant d’autres.

      Les intervenants n’y répondent pas. Ils se complaisent de critiquer l’emploi de la Bible ou de dire que j’impose le créationnisme (avec quel pouvoir imposerais-je le créationnisme ?) ou de critiquer ma méthode de présenter l’argument. Comme vous le dites : “La critique est aisée, mais l’art est difficile.” Pour établir la réalité de l’évolutionnisme, il faut surmonter ces difficultés énormes. Autrement, il n’est pas plausible.

      Pour me servir de vos paroles :

      Ce n’est pas à ceux qui doutent de l’évolutionnisme d’en démonter sa non existence mais à l’inverse, à ceux qui affirment cette vision des choses, d’en démonter la réalité.

      Je n’ai pas cherché à prouver l’existence de Dieu mais d’indiquer que la réalité de l’évolutionnisme n’a jamais été établie. Pas besoin de prouver l’existence de Dieu : vous savez déjà qu’il existe.

      L’évolutionnisme est la soi-disant science du 19e siècle ; nous sommes au 21e siècle. La biogénèse et d’autres branches de la science démontrent que l’évolutionnisme n’est pas tenable. L’évolutionnisme est un conte de fées pour les adultes. Je n’y crois pas.

      Veuillez m’excuser si je prends le dernier mot, mais si le sujet vous intéresse, vous pouvez consultez les sources ci-dessous :

      Je recommande vivement la vidéo Évolution : science ou croyance ? postée sur ce blogue ainsi que les sources suivantes :

      Le livre sur Internet Au commencement… Dieu ? par Henry Bryant.

      Introduction

      * La Terre et la Vie (1)

      * Les alternatives (2)
      * L’évolution : De quoi parle-t-on ? (3)
      * La reproduction (4)
      * Affirmations et Infirmations (5)

      Première affirmation de la théorie générale de l’évolution :

      * La vie a été engendrée à partir du non-vivant, de l’inorganique…

      La réplication (6)

      * l’ADN (7)
      * Les ailes (8)
      * Les oiseaux (9)
      * L’œil (10)
      * L’homologie (11)
      * l’ADN est une encyclopédie (12)

      Deuxième affirmation de la théorie générale de l’évolution :

      * L’Homologie (la ressemblance de structures) est une preuve que les organismes descendent d’un ancêtre commun.
      * Les fossiles — Prélude (13)
      * Les fossiles — Une assurance loin d’être partagée (14)
      * Les fossiles — la théorie de l’équilibre ponctué (15)

      Troisième affirmation de la théorie générale de l’évolution :

      * Les fossiles sont une preuve concluante de la théorie darwinienne.
      * Les deux modèles de nos origines (16)
      * Les prophéties accréditent la Bible (17)

      Les affirmations bibliques

      * Celui qui refuse de reconnaître Dieu est sans excuse. (18)
      * La colère de Dieu se dirige contre toute impiété (19)
      * Dieu offre à tout être humain une pleine réconciliation (20)

      Le salut par la foi

      * La foi en Dieu, c’est bien sûr reconnaître l’existence de Dieu (21)
      * La vraie foi consiste à croire Dieu dans tout ce qu’Il dit, et à agir en conséquence (22)
      * La foi en Dieu implique un changement dans notre façon de vivre (23)
      * Une invitation (24)
      * Bibliographie (25)
      * La terre: quel âge semble-t-elle avoir?
      * Faits appuyant l’hypothèse d’une terre jeune
      * Les dinosaures et la Bible
      * L’évolution, est-ce l’outil de Dieu?

      Les articles suivants sont à votre disposition sur Answers in Genesis Français :

      * Jacques Monod et la ‘révolution théiste’
      W. Peter Gadsby
      July 9, 2008

      * Dieu Existe-t-Il ?
      Ken Ham & Jason Lisle
      May 7, 2008

      * L’évolution : Le Mensonge
      Ken Ham
      March 27, 2008

      * Découvrez la différence
      March 3, 2008

      * Est-elle l’épouse la plus célèbre de l’histoire?
      Ken Ham
      March 3, 2008

      * De Grenouille a Prince
      Elisa van Egmond
      March 3, 2008

      * Faits appuyant l’hypothèse d’une terre jeune
      D. Russell Humphreys
      March 3, 2008

      * Y a-t-il vraiment un mystère entourant les dinosaures?
      Ken Ham
      March 3, 2008

  6. pascal dit :

    Bien! je vois que de nombreux commentaires sont apparues depuis ma derniere venue.

    Tout cela est très interessant. J’y vois des contributions fort passionnantes. J’ai hâte d’avoir le temps d’y apprter la mienne.

    Ce débat est en effet passionnant et a je le pense des répercussions fondamentales.

    A très bientôt donc aux contributeurs.

  7. Marc dit :

    Jean-Paul II a aussi béatifié Anne Catherine Emmerich qui a affirmer dans ses écrits que les « hommes préhistoriques » étaient des hybrides datant avant le déluge universel.
    Consulter aussi  » Terra Nova,Monstre de Vichy » si vous voulez des preuves que l’hybridation n’est pas impossible. On a aussi retrouver des Coelacanthes vivant démentissant une de vos théories.
    Voir aussi les cahiers de Maria Valtorta 1945-50,43 :l’évolution,le darwinisme et la découvertes de squelettes homme singe.
    Bien à vous pour découvrir les mystère de notre planète!
    Marc

    • Merci, Marc, pour votre commentaire. Pour moi, c’est la parole de Dieu qui porte toute autorité. Les évolutionnistes sont toujours en train d’ajuster leur théories avec des formules comme, « Il y a dix ans, nous croyions que… mais maintenant nous savons… »

      Quant au cœlacanthe, il démentit la théorie de l’évolution. Voir Le cœlacanthe : un fossile vivant.

  8. Ping : La chute, l’évolution et les dents d’animaux « Cœur de berger

  9. Claude SERVAJEAN dit :

    Cher Eboo,
    Merci pour ce commentaire et merci pour reconnaître que l’Evolution est bien plus qu’une théorie! En ce qui concerne la Bible, non! Tout ce qu’elle dit n’est pas vrai : il y a enormément d’invraisemblances qui proviennent du fait que ceux qui l’ont écrite n’avaient que peu de connaissances ! Et ils ont fait ce qu’ils ont pu! Je ne lui accorde donc qu’une valeur historique et il est vrai qu’en Israel on se sert d’elle sur un plan archéologique: à Meggido la Bible disait qu’il y avait les écuries du roi Salomon; on a creusé et on a trouvé les dites écuries! Donc ne prenons pas plus à la Bible que ce qu’elle peut donner! D’autre part j’ai envie de vous dire que « le combat spirituel » dont vous parlez et qui incite à plus de charité ne m’est pas étranger à moi le mécréant patenté mais je ne fais pas preuve de charité seulement pour l’homme mais pour TOUS les êtres vivants qui sont mes voisins et les colocataires de la petite planète que nous ahabitons. Je ne trouve pas « normal » de voir une gazelle mourir dans d’abominables souffrances sous la dent du léopard si l’organisateur suprème de ce meurtre est ce Dieu que vous reverez et qui n »éprouve aucun remord et aucune émotion ou compassion devant cette organisation de la Vie dont il est le responsable et qui est basée sur un système de mises à mort continuelles!!! Si Dieu n’existe pas, je n’aurais aucune réaction particulière; s’il existe c’est une horreur dont il est le seul responsable.
    Je me battrais si l’on voulait voulait vous empecher d’exercer votre foi, mais je continuerai à contester les prétentions des religions à vouloir nous imposer des vues de la création qui ne sont prouvées en rien! Une chose cependant nous unit: c’est la volonté d’amour pour le reste de la Vie! Cordialement
    Claude

  10. Eboo dit :

    Cher Claude,
    Je suis catho donc je crois en Dieu. Mais je pense que Dieu fait bien ce qu’il veut et que s’il a voulu créer l’ensemble de l’univers, infini et mouvant, et sur terre la vie de cette façon que nous appelons l’évolution, il a bien pu le faire.
    Je crois même (comme disait Einstein à propos de l’univers courbe: cette théorie est tellement belle que si elle avait été fausse, j’en aurais été désolé pour Dieu) que la subtilité de l’évolution correspond mieux à la grandeur de Dieu que la création en 6 jours.
    Ce que dit la Bible est vrai, mais Dieu ne nous prend pas pour des imbéciles; le texte est vrai mais pas nécessairement au pied de la lettre. Il nous faut une certaine hauteur de vue, comprendre la dimension symbolique du texte et savoir le replacer dans l’histoire des hommes.
    La façon dont Dieu a créé le monde le regarde et s’il est bon que les hommes s’interrogent et usent de leur raison pour connaître l’univers, ce n’est pas cela qui est important dans la religion. Dieu laisse une place à la raison humaine qu’il ne faut pas confondre avec la foi. La foi, c’est d’aimer Dieu, et il est insensé de prétendre connaître tout ce que Dieu fait, comme le dit le livre de l’Ecclésiaste.
    Jean-Paul II a reconnu que l’évolution était bien plus qu’une théorie. Mais il y a toujours des gens qui confondent le combat spirituel (qui consiste en gros à toujours faire preuve de plus de charité) avec un combat d’idées. Ne perdez pas votre temps et votre calme à leur répondre! Que la paix soit avec vous.

  11. Claude SERVAJEAN dit :

    vous m’avez « brulé » sur votre bucher! Honte à vous, vous qui n’avez jamais apporté la paix aux hommes mais uniquement l’intolérance , le guerre au nom de vos religions obscurantistes et la bétise la plus pdangereuse qui soit:honte à vous….

  12. Joannie dit :

    Je ne voudrais pas débattre indéfiniment avec vous sur le sujet car nos croyances étant opposées, nous pourrions en parler pendant des heures.
    Toutefois, il est, selon moi, injustifié de dire qu’il n’y a pas d’espèces prouvant la transition entre un type d’animal et un autre. En effet, de nombreux fossiles peuvent appuyer fortement la théorie de l’évolution. Par exemple, génétiquement, anatomiquement et du point de vue comportemental, certain fossiles prouvent la transition d’espèces marines à des espèces terrestres.
    Je n’ai pas avancé l’exemple des guêpes pour rien, les documentaires les utilisent souvent comme exemple.
    Voici le lien vers un site qui parle des fossiles de poissons devenus des amphibiens qui prouvent irréfutablement qu’ils ont évolué d’un stade à un autre:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Panderichthys

    Un autre animal appuyant la théorie de l’évolution:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ichthyostega

    La raison pourquoi nous trouvons encore des animaux très ressemblants si ce n’est que carrément semblables aux animaux primitifs est que ces derniers, dans le milieu de vie qu’ils sont, n’ont pas eu besoin d’évoluer.
    Par exemple, les phoques actuels pourraient être la transition vivante entre un mammifère terrestre et un mammifère marin.

    • Il suffit de donner quelques citations par des évolutionnistes :

      1. Is Man a Subtle Accident? » Newsweek, 3 Novembre 1980, p. 95 :

      « The more scientists have searched for the transitional forms between species, the more they have been frustrated. »

      Ma traduction :

      « Plus les scientifiques cherchent les formes transitionnelles entre les espèces, plus ils deviennent frustrés. »

      2. Dr George Gaylord Simpson (paléontologue de l’Université d’Harvard) :

      « The regular absence of transitional forms is an almost universal phenomenon…all orders of classes of animals (and) analogous categories of plants » (The Sudden Appearance of Higher Categories, in Evolution of Life. 149; S. Tax ed. 1960).

      Ma traduction :

      « L’absence régulière de formes transitionnelles est presqu’un phénomène universel » (« The Sudden Appearance of Higher Categories » dans Evolution of Life 149; S. Tax ed. 1960).

      3. Encore Dr George Gaylord Simpson :

      “…it remains true, as every paleontologist knows, that most new species, genera, and families and that nearly all new categories above the level of families appear in the record suddenly and are not led up to by known, gradual, completely continuous transitional sequences » (The Major Features of Evolution, New York: Columbia University Press, 1965, p. 360).

      Ma traduction :

      « …il est vrai, comme tout paléontologue le sait, que la plupart des espèces, genres et familles nouveaux et presque toutes les nouvelles catégories au-dessus du niveau des familles apparaissent dans le registre fossile soudainement et n’arrivent pas par des séquences transitionnelles, continues et graduelles » (The Major Features of Evolution, New York: Columbia University Press, 1965, p. 360).

      4. Dr Stephen J. Gould (paléontologue d’Harvard bien connu) :

      « The extreme rarity of transitional forms in the fossil record persist as the trade secret of paleontology. The evolutionary trees that adorn our textbooks have data only at the tips and nodes of their branches; the rest is inference, however reasonable, not the evidence of fossils..We fancy ourselves as the only true students of life’s history, yet to preserve our favored account of evolution by natural selection we view our data as so bad that we never see the very process we profess to study. » « Evolution’s Erratic Pace » in Natural History, vol. 86 (May 1987), p. 14.

      Ma traduction :

      « La rareté extrême de formes transitionnelles dans le registre fossile persiste comme un secret d’État de la paléontologie. Les arbres évolutionnaires qui se trouvent dans nos manuels de texte n’ont des données qu’aux bouts et aux nœuds de leurs branches ; le reste est inférence, aussi raisonnable qu’il soit, et non pas la preuve des fossiles. Nous nous imaginons les seuls vrais étudiants de l’histoire de la vie, pourtant pour préserver notre compte-rendu préféré de l’évolution par la sélection naturelle, nous voyons nos données comme si mauvaises que nous ne voyons jamais le processus même que nous professons étudier. » « Evolution’s Erratic Pace » dans Natural History, vol. 86 (May 1987), p. 14.

      Les créationnistes ne mettent pas en question les données, seulement l’interprétation des données. Selon les citations ci-dessus, même les paléontologues acceptent l’absence des fossiles transitionnels qui sont nécessaires pour prouver l’évolution. Le registre fossile ne soutient pas le gradualisme.

      Vous pouvez trouver d’autres citations ici :
      http://daphne.palomar.edu/ccarpenter/forbing%20quotes.htm
      http://www.darwinismrefuted.com/origin_of_species_04.html
      http://ankerberg.com/Articles/_PDFArchives/science/SC3W0100.pdf

  13. Joannie dit :

    La raison pourquoi plusieurs espèces manquent aux chainons et qu’elles semblent apparaitre est que justement, il faut des conditions assez particulières pour qu’un fossile se forme. De plus, plus il se décompose facilement, moins il est probable de trouver des fossiles d’un type particulier (par exemple, les coquillages fossilisés sont très fréquents mais les plantes, qui se décomposent beaucoup plus vite que les coquillages, laissent beaucoup moins de fossiles).

    Je trouve aussi très normal que les espèces découvertes en fossiles sont moins nombreuses puisqu’avec la théorie de l’évolution, les espèces se diversifient. Elle se spécialisent (comme les moineaux observés par Darwin) pour s’adapter à un type de climat ou de nourriture. Un exemple intéressant est l’explication démontrant que les abeilles et les fourmis sont descendantes de la guêpe, en partant donc d’une seule espèce nous nous retrouvons avec trois types très distincts aujourd’hui qui étaient toutes à l’origine, des guêpes.

    La raison, toujours selon moi, pourquoi on retrouve aujourd’hui des espèces très semblables aux périodes antérieures est que cette dernière n’a pas eu à subir de modifications. Comme aujourd’hui nous retrouvons toujours des guêpes.

    Je ne mets pas en doutes vos croyances mais je ne crois pas que cet article contienne des arguments valables pour contredire la théorie Darwinienne. En tant qu’athée ayant pris un point de vue le plus possible neutre, je crois que mon article devrait être considéré.

    Merci :)

    • Merci, Joannie, de votre commentaire. Permettez-moi de dire que je le trouve très révélateur. Je veux être juste dans ma critique, mais il me semble que vous commencez avec la théorie de l’évolution – et vous êtes assez objective ou neutre pour la désigner comme une théorie en non un fait – et non pas avec les preuves. Ensuite vous expliquez pourquoi il n’y a pas de preuve pour la théorie : les fossiles qui seraient nécessaires pour prouver la théorie se décomposent. Il est un fait notoire dans la théorie de l’évolution que les fossiles nécessaires pour la prouver n’ont jamais été découverts. C’est-à-dire que l’on n’a jamais trouvé un fossile intermédiaire entre deux espèces différentes autrement connu comme le chaînon manquant.

      Les créationnistes ne mettent pas en doute une certaine adaptation ou spécialisation mais il n’y a pas la moindre preuve dans le registre fossile ni ailleurs pour la génération de nouvelles espèces comme des abeilles et des fourmis qui descendraient de la guêpe ; il s’agit d’une explication sans la moindre preuve.

      Si « on retrouve aujourd’hui des espèces très semblables aux périodes antérieures », on devrait se demander pourquoi ces espèces n’ont pas évolué pendant les centaines de millions d’années que l’on propose.

      Darwin lui-même a dit ceci :

      « As by this theory innumerable transitional forms must have existed, why then do we not find them embedded in countless numbers in the crust of the earth? The number of intermediate links between all living and extinct species must have been inconceivably great. »

      Je traduis :

      « Selon cette théorie, des formes transitionnelles innombrables devaient exister ; alors, pourquoi ne les trouve-t-on pas enfoncées en nombres incalculables dans l’écorce terrestre ? Le nombre de chaînons intermédiaires entre toutes les espèces vivantes et éteintes auraient dû être inconcevablement grand. »

      Cela fait bientôt 150 ans que son livre L’Origine des espèces a été publié. Le manque de chaînons transitionnels devient vraiment accablant.

  14. CORRECTION :
    Je réponds à M. Servajean dans l’article La chute, l’évolution et les dents d’animaux.

  15. Claude SERVAJEAN dit :

    l’eloquence de votre silence montre bien que j’ai bien tapé dans le mille: vous ne pouvez pas me répondre ou ne voulez pas, non parce que vous traitez mes arguments par le mépris comme vous sembliez le prétendre mais parce que vous êtes coincé : votre fanatisme imbécile m’aurait sans doute condamné au bucher: vous êtes rétrogrades et dangereux ! heureusement que les républicains ne sont pas passés aux States! on a eu chaud!!!

  16. Claude SERVAJEAN dit :

    je reviens sur l’une de vos affirmations qui est incroyable: « contrairement à ce que l’on croit, la plupart des fossiles ne sont pas la trace d’animaux éteints »! est ce que les dinausores existent encore? ils ne nous ont survécu qu’au travers des oiseaux (ce que montre la traçabilité de l’ADN ), et l’archéopterix qui est bien l’une des transitions EVOLUTIVE ,en est bien une preuve incontestable! La façon dont les animaux se sont adaptés aux Galapagos en est une autre ; Darwin ( ce qui est extraordinaire à son époque) avait décelé qu’il devait exister un papillon dont le proboscide ( la trompe) serait assez long pour aller pomper le nectar dans l’éperon de 30cm d’une orchidée (angraecum) Malgache: il ne s »était pas trompé: on a trouvé ce papillon!. Je reviens aux dinausores: jamais la Thorah n’en fait mention: la Thorah ne parle que des connaissances élémentaires que les hommes avaient alors de la Vie; la vision de l’Univers dans la Bible est anthropocentrique et et celui ci est décrit d’une façon totalement erronnée correspondant à une conception basée sur les pauvres idées des hommes de ce temps qui ne possédaient aucun moyen d’investigation scientifique correct. l’Eglise n’a-t-elle pas fait un scandaleux procès à Galilée, menacé d’être brûlé? Vous voyez bien que la Raison a été soumise à une violence inouie de la part de ceux qui , comme vous, allez chercher dans la Bible des explications à la genèse du monde. Alors comprenez que je sois pantois lorsque vous me traitez de violent et d’intolérant. N’a-t-on pas appelé le 18 éme siècle des Voltaire et autres encyclopédistes le siècle des lumières? je suis « libre penseur »: dans ce mot il y a « libre » ;vous Mr Ellison, je ne pense pas que vous le soyez car comment un homme intelligent peut-il accepter comme pain béni cette archaïque vision des choses? Encore une fois il exist objectivement une Verité mais elle est , bien sûr, bien plus complexe et plus incroyable que tout ce que vous pouvez imaginer. Hélas je n’ai aucune une idée de ce qu’elle peut être, alors une seule solution: chercher humblement et prouver; additionner une à une des microvérités pour aboutir, peut être à la Vérité qui sera l’additionde toutes ces microvérités, mais cela n’est pas pour demain…. cordialement
    Claude
    Claude

  17. pascalje dit :

    Bonsoir monsieur

    Je prends connaissance de votre site après quelques recherches sur les fossiles, et suis assez interssé par le contenu.
    Je me pose beaucoup de questions et avoue avoir du mal à trouver des réponses. Peut être pourrez vous m’y aider.

    la premiere question qui me vient, et certainement saurez vous y répondre, est en effet pourquoi il y’a encore des fossiles vivants?
    D’ailleurs pourquoi les apelle ‘on « fossiles », puisqu’ils sont toujours de ce monde? n’y a t’il pas contradiction et cela ne fausse t’il pas le débat?

    Dans l’attente, cordialement,

    Pascal.

    • Réponse à Pascal :

      On se sert du terme « fossiles vivants » pour désigner les êtres vivants qui selon le registre fossile ont disparu il y a longtemps. Par exemple, le cœlacanthe a apparu, selon l’interprétation évolutionniste des strates, il y a quelque 400 millions d’années et a disparu il y a 65 à 80 millions d’années. Pourtant, en 1938 on a pêché un cœlacanthe sur la côte de l’Afrique et plus tard près des îles Comores et récemment en Indonésie. Le cœlacanthe est toujours parmi nous ! Puisque les évolutionnistes le croyaient éteint depuis belle lurette selon le registre fossile, mais découvrent qu’il est toujours vivant, ils le désignent « fossile vivant ».

      J’en écrirai plus tard, mais l’existence de fossiles vivants est un embarras pour les évolutionnistes qui les avaient auparavant déclarés éteints ; leur existence démontre que les évolutionnistes ont mal interprété les strates de roches.

  18. Claude SERVAJEAN dit :

    Je ne cherchais en aucune manière à vous offenser, mais il est vrai que je suis exaspéré et inquiet de voir tout le travail de Darwin qui est remis en cause par des gens qui n’ont pas étudié le sujet d’une manière objective; bien sûr on a du aménager quelques détails de sa théorie mais en fait toutes les découvertes scientifiques que l’on fait aujourd’hui, au contraire de ce que vous avancez en prenant comme « preuves » des citations bibliques, toutes ces découvertes confirment, au contraire, qu’il avait raison. Quand je pense que l’on enseigne aux Etats Unis le fixisme basé sur la Bible cela me consterne et me fait peur. Quant à la qualité de mes arguments, je voudrais vous informer que j’ai vécu toute ma vie dans un milieu de scientifiques puisque mon père était astrophysicien à l’Observatoire de Meudon que nous des amis de Jean Rostand et que nous avons appris à construire des argumentations rigoureuses, ce qui n’est pas le cas ( en tout cas à vous lire) de ce que vous avancez: l’invariabilité des animaux les « fossiles vivants » le loup qui était herbivore et mangeait avec l’agneau( pourquoi, alors avait il de grandes canines qui ne lui servaient pas à manger de l’herbe?) ce n’est pas vous insulter que de vous faire remarquer les incohérences dont vous faites preuve! si j’osais je vous dirais bien que c’est vous qui insultez la raison et tous les scientifiques qui oeuvrent tant pour comprendre notre monde. Je me battrais pour vous si l’on voulait vous empecher d’exercer votre foi, mais le débat, même s’il est rude pour vous, doit exister : supprimer mes commentaires tendrait plutôt à prouver que vous avez peur d’eux! Non je ne suis pas irreflechi comme vous le pensez car depuis toujours ( j’ai 67ans) je me pose ces eternelles questions , mais je ne crois plus aux mirages et je relègue dans les tiroirs ces mythes quels qu’ils soient qui n’apportent aucunes solutions vraiment credibles aux problèmes fondamentaux de notre existence. Si nous étions l’un en face de l’autre le débat serait plus facile et je pourrais beaucoup mieux developper mon argumentation. Cordialement
    Claude

  19. Monsieur Servajean,

    Je viens de recevoir votre dernier commentaire. Assurez-vous bien que je contrôle les commentaires que je publie sur mon site et que c’était par respect et intégrité que j’ai publié votre commentaire au moment bien que je n’aie pas le temps d’y répondre tout de suite. Il me suffit de cliquer sur un bouton pour effacer votre commentaire. Et vous me traitez de toutes les couleurs (« charlatan…stupidité… bêtise… vanité… pauvreté d’esprit… ignorance… incapacité intellectuelle… escroc ») pour avoir publié votre commentaire ?! Figurez-vous que je suis aux antipodes du Pays-Bas avec d’autres responsabilités plus importants que de répondre à un homme irréfléchi dans ses paroles. Si je vous donnais la dernière parole pour le moment, il ne fallait pas vous illusionner en croyant que vos arguments étaient convaincants ou sans réponse. Comprenez plutôt que vos arguments n’étaient pas assez pesants pour exiger immédiatement mon attention.

    Monsieur, je n’ai pas à supporter vos insolences et vos insultes qui ne contribuent pas à un bon dialogue. Si vous voulez dialoguer avec moi, j’attends le même respect que je témoigne envers vous. Si vous êtes incapable de présenter vos idées avec respect et civilité, ne gaspillez pas mon temps parce que je n’ai pas intérêt à dialoguer avec un homme insincère dont les arguments sont si faibles qu’il doit faire recours aux insultes. Il y a bien des études et des livres écrits par des scientifiques qui connaissent beaucoup plus que nous deux ensemble mais qui n’adorent pas quand même à l’autel de la théorie de l’évolution et des idées reçues.

    Je répondrai à mon temps à votre commentaire. Entretemps, je supprime votre dernier commentaire puisque vous n’êtes pas à mesure de supporter le silence sans en tirer de mauvaises conclusions.

    Encore je viens de voir un tout dernier commentaire que vous avez soumis. Pourquoi êtes-vous en colère ? Ne pouvez-vous pas délimiter votre discussion au sujet ? Il me semble que vous êtes incapable de débattre le sujet d’une manière et d’un ton raisonnables.

  20. Claude SERVAJEAN dit :

    Vous me parlez de modération?!!! mais qui en manque si ce n’est des gens comme vous qui, au cours des siècles ont envoyé des milliers de gens au bûcher! Si nous étions au moyen âge, vous m’auriez déjà brûlé comme vous avez brûlé Giordano Bruno et tant d’autres! Ma modération s’arrête lorsque je vois des gens aussi dangereux que vous pour la pensée, la vraie que vous avez le culot de vous arroger!Je ne prétends pas avoir la Vérité absolue comme vous le faîtes je pense enavoir une petite partie, faite de bribes que la science PROUVE! Votre silence est éloquant! Vous vous refugiez derrière mon soi disant manque de modération parce que vous ne POUVEZ pas me répondre d’une façon construite et convaincante, voilà au moins une vérité!Cordialement
    Claude

  21. Claude SERVAJEAN dit :

    Encore moi! je vois que vous ne m’avez pas répondu! Manqueriez vous d’arguments pour faire valoir une position plus que charlataneseque? je pense cher J.Gary Ellison que vous savez parfaitement que ce que vous avancez est d’une stupidité, d’une bétise rares et vque vous essayez tout simplement de manipuler ceux qui ont la candeur et la naïveté de vous écouter ou de vous lire et cela est innaceptable! Je possède en moi plus d’amour au sens large du terme que vous tous réunis car je n’ai aucune exclusive et cet amour englobe TOUS les êtres vivants, ce que vous ne faîtes pas! vous qui suivez aveuglémént la bible n’êtes vous pas choqués de lire dans la Genèse, que Dieu a crée le monde des animaux et des plantes pour que l’homme (crée à son image! ben voyons quelle vanité!!) exerce sa domination sur lui? Cette énormité est l’une des causes de la destruction de la planète! Mais evidemment vous n’avez pas réfléchi à ça, car votre pauvreté d’esprit, votre ignorance, vous font vous raccrocher à des légendes absurdes qui ne vous différencient guère des animistes et de tous ceux qui ont inventé des mythes explicatifs, l’homme ayant besoin de se reférer à un « explication » qui le rassure. Alors , ou bien vous êtes sincère et je plains votre incapacité intellectuelle à réfléchir, ou bien vous ne l’êtes pas et donc vous êtes un escroc!! A vous lire, mon cher ami
    Claude

  22. Claude SERVAJEAN dit :

    Effarent, positivement effarent de lire ce que vous me répondez! Je vais donc repondre point par point aux questions que vous posez; ( il y a d’ailleurs dans ces questions certaines affirmations complètement illogiques et si vous connaissiez un tant soit peu les mutations génétiques vous ne les poseriez même pas!) « apparition soudaine des animaux et des plantes »!Comment pouvez affirmer ça?la vie est là depuis 4 milliard d’années et il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir le chemin qui aboutit pour l’instant à notre apparition:les bactéries, les êtres unicellulaires , puis les métazoaires (animaux invertêbrés, puis apparition des vertébrés (poissons) qui vont donner les batraciens( vous devriez regarder un periophtalme qui sort de l’eau pour chasser et dont la tête ressemble à celle d’une grenouille); ces batraciens vont engendrer les réptiles qui à leur tour vont donner d’une part, les oiseaux qui sont les descendants des dinausores( voir l’archéoptérix) et d’autre part les mammifères, lesquels vont aboutir à l’homme, pour faire court!. Il est simple de constater les filiations qui existent entre les composants de le vie et qui montrent qu’il ne s’agit pas de créations « indépendantes » mais de lentes modifications qui ont demandé des millions d’années por arriver jusqu’à nous…
    Ces fossiles vivants n’ont rien d’extraordinaires : ils sont les « restes « de ceux qui ont ensuite évolué car tous les individus d’une même espèce n’ont pas nécessairement muté en même temps! le latimeria en est un exemple; il n’a été trouvé que fort tard…Quand vous parles d’invariabilité des animaux est ce que vous vous vous moquez du monde? comment expliquer que les enfants ne sont jamais identiques aux parents?c’est simplement l' »EVOLUTION » qui travaille ! Les mutations sont un bouillonement de modifications qui soit apportent un « moins » et donc disparaissent, soit elles apportent un « plus » et sont « adoptées » par la Vie par la force des choses.Mais comme votre esprit est obscurci par des « explications » qui ne sont que des « vérités » assénées sans preuve, vous prenez pour base de raisonnement des galéjades qui ont  » en gros » 5800 ans d’existence, quand les hommes cherchaient une explication aux questions qu’ils se posaient et quand leurs connaissances étaient à leurs balbutiements.
    « les animaux étaient bons: le lion mangera de la paille! alors pourquoi a-t-il d’énormes canines si ce n’est pour tuer? Dieu l’avait doté de toutes les caractéristiques des carnivores pour qu’il broûte? franchement vous me faites peur!!! quant au péché, quelle sinistre rigolade! je ne vous parlais pas des malheurs de l’homme mais de tout un système basé pour qu’il fonctionne, sur le meurtre et la souffrance. Bien sûr, le lion qui tue une antilope et qui la mange le fait avec le même détachement d’esprit que celui de la vache qui broûte de l’herbe, mais la souffrance est là ! et si ce Dieu existe, ce n’est pas l’Etre de bonté devant qui vous vous agenouillez mais un Ponce ¨PIlate qui se moque des souffrances qu’il a engendrées. Par contre s’il n’existe pas, eh bien c’est comme ça parcque c’est comme ça! Je n’ai pas d’explication au « pourquoi » mais j’ai au moins l’humilité et la modestie de le reconnaître, alors que vous avez cettte incroyable vanité de penser que vous avez la Vérité! Quel orgueil!Si vous voulez trouver la liberté et la cohérence intellectuelle, commencez par vous débarrasser des idées reçues et utilisez la logique et le travail de fourmis des scientifiques qui, eux , cherchent à savoir sans se faire influencer par des mythes plus que moyennnageux! Amicalement, malgré tout
    Claude
    P.S vos références bibliques ne sont en aucun cas une preuve de vérité, alors laissez la Bible ( la Thorah) tranquille: ce n’est qu’un formidable livre d’histoire fort intéressant au demeurant….

  23. Merci, Claude, de votre commentaire, mais il y a un certain obscurantisme dans votre réponse. Vous dénigrez la position que vous rejetez en la traitant de « fatras« , d' »ignorance la plus absolue » et d' »obscurantisme qui fait peur » sans répondre au problème que présente pour la théorie de l’évolution l’existence des « fossiles vivants » sans parler des autres faits mentionnés dans l’article et développés à d’autres sites : l’apparition soudaine des animaux et des plantes, l’invariabilité des animaux, la formation rapide des strates géologiques et du charbon, les conditions très spéciales requises pour la fossilisation et le mauvais ordre chronologique pour l’évolution.

    Il est peut-être plus facile de parler de « ce formidable mystère que représente la Vie et l’Univers » et de s’esquiver les questions importantes en présentant une objection émotionnelle (« fait peur« , « Ponce Pilate« , etc.) que de s’engager dans un vrai débat des faits.

    Concernant la création d’un « monde basé sur le meurtre et la souffrance« , la Bible est claire : le monde que créa Dieu était « bon » (Genèse 1:4, 10, 12, 18, 21, 25), voire « très bon » (Genèse 1:31). Dans le monde tel que Dieu le créa, il n’y avait ni souffrance ni mort. La mort est entrée dans le monde par le péché parce que la mort est la conséquence ou le salaire du péché, comme le dit la Bible : « C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5:12). Avant la chute d’homme, les animaux, nous pouvons conclure, étaient herbivores comme ils le seront après le retour de Christ : « Le loup et l’agneau auront un même pâturage, Le lion, comme le bœuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l’Éternel » (Ésaïe 65:25). Le monde tel que nous le connaissons souffre les conséquences du péché (Romains 8:19-22). Nous ne pouvons juger la création d’origine de par le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. C’est une erreur de la science moderne d’ignorer la Chute et le Déluge : « Ils oublient volontairement qu’il y eut, autrefois, des cieux et une terre qui, du milieu de l’eau et formée par l’eau, surgit à la parole de Dieu, et que, par les mêmes causes, le monde d’alors périt submergé par l’eau » (2 Pierre 3:5-6).

  24. Claude SERVAJEAN dit :

    Je suis effaré et consterné par ce fatras d’idées mal digérées qui relèvent de l’ignorance la plus absolue et d’un obscurantisme qui me fait peur!Il y a une Vérité, bien sûr à ce formidable mystère que represente la Vie et l’Univers mais elle est à coup sur, bien plus extraordinaire que ce soi disant Dieu que personne n’a jamais vu et qui agit cimme Ponce Pilate, et a crée s’il existe un monde basé sur le meurtre et la souffrance( je ne parle pas des malheurs des hommes à qui il enverrait des « épreuves » mais à la façon dont il a construit le monde animal où ne règne que le « chacun pour soi » avec obligation de n’ingérer que de la matière organique, ce qui implique des milliards de mises à mort avec tout ce que cela

  25. Merci, Marc, de vos commentaires. Peut-être Dieu aurait-il pu créer un autre univers bien différent de ce qu’il a créé. Il aurait pu créer des espèces d’une manière ponctuelle. Il est possible d’imaginer plusieurs scénarios même si les complexités de l’univers semblent limiter étroitement les possibilités. Dieu lui-même connaît tout ce qu’il aurait pu faire et les conséquences éventuelles de ses options différentes.

    Pourtant, je ne veux pas nourrir une fois dans l’idée de ce que Dieu aurait bien pu faire mais dans ce qu’il déclare avoir fait. La foi vient non pas de mes idées mais de la parole de Dieu : “Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole du Christ.” (Romains 10:17)

    “C’est par la foi que nous comprenons que le monde a été formé par la parole de Dieu, de sorte que ce qu’on voit ne provient pas de ce qui est visible.” (Hébreux 11:3)

    Contraire à l’idée que Dieu a créé l’ordre physique d’une manière ponctuelle, le livre de Genèse indique que toute la création avait été achevée le septième jour et que Dieu s’était reposé de toute l’œuvre qu’il avait faite :

    “Ainsi furent achevés le ciel, la terre et toute leur armée. 2 Le septième jour toute l’œuvre que Dieu avait faite était achevée et il se reposa au septième jour de toute l’œuvre qu’il avait faite. 3 Dieu bénit le septième jour et le sanctifia, car en ce jour Dieu s’était reposé de toute l’œuvre qu’il avait créée.” (Genèse 2:1-3)

    On ne met pas en question la capacité de s’adapter à son environnement qu’a donné Dieu à ses créatures, mais malgré toutes les adaptations, un chien reste un chien : Les êtres vivants se reproduisent « chacun selon leur espèce » (Genèse 1:24). Quatre cents espèces disparaissent par an, mais on ne constate pas l’apparition de nouvelles espèces. Dieu acheva la création le sixième jour.

    Concernant les soucoupes volantes, l’incarnation de la Parole (Jean 1:14) semble être limitée à la race humaine. Il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ-Jésus homme. Le Fils s’est fait homme, et bien que Dieu, il reste homme – pas un extraterrestre – pour l’éternité. Bibliquement parlant, il est difficile de trouver de place dans la Bible pour des extraterrestres à part les anges chutés.

    La foi biblique ne donne pas de place à la spéculation (1 Timothée 1:3-4 ; 4:7 ; 2 Timothée 2:16). Notre foi n’est pas basée sur les spéculations humaines mais sur la certitude de la Parole de Dieu (2 Pierre 1:19).

  26. Marc Valade dit :

    Je crois que le tout est exacte. Mais je nourrit une foi dans l’idée que Dieu a bien pu créer d’un coup la plupart des espèces, mais qu’au file du temps, il conçoit à partir des espèces en place (par voie métaphysique, psychique ou par des visites ponctuelles) de nouvelles espèces pour rétablire l’ordre au sein des écosystèmes de sa création.

    Ainsi, ma foi dans le Créateur est surtout une foi en temps réel, et elle explique de nombreux phénomènes adaptatifs perçu par les paléontologues. Elle explique la fin de la Peste noir en Europe issue de la pomme de terre. Elle explique l’avénement du moustique tueur de lapin en Australie. Elle explique peut-être les soucoupes volantes…

    Marc Valade
    http://www.noustous.org

Les commentaires sont fermés.