Violations du mariage-l’adultère

alg_adultery

Outre la polygamie et le divorce, l’intention de Dieu pour le mariage a été compromise en Israël par l’adultère. Le plan de Dieu pour le mariage était la fidélité : un homme, une femme, jusqu’à ce que la mort les sépare.

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair (Genèse 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était la fidélité :
un homme,
une femme,
jusqu’à ce que la mort les sépare.

L’Ancien Testament nous apprend que plusieurs individus n’ont pas été fidèles à leur époux(se). L’incident d’adultère le mieux connu de l’Ancien Testament, c’est celui de David avec Bath-Schéba suivi par le meurtre de son mari Urie (2 Sam. 11). En plus les exemples de la polygamie qui constitue en effet l’adultère contre la première femme, nous trouvons les cas suivants :

  • L’adultère de Ruben avec Bilha (Genèse 35:22 ; cf. 49:3-4)
  • La concubine du Lévite (Juges 19:1-2)
  • Gomer, femme d’Osée (Osée 3:1)
  • Une foule d’Israélites qui n’ont pas été nommés (Jérémie 3:2 ; 5:7-8 ; 7:9-10 ; 23:10 ; Ézéchiel 22:11 ; 33:26 ; Osée 4:2 ; 7:4)
  • Probablement Galaad, père de Jephthé (Juges 11:1)
  • Probablement Hophni et Phinées, fils d’Éli (1 Samuel 2:22)

Plusieurs personnes ont frôler l’adultère, mais Dieu est intervenu :

  • Abimélec avec Sara (Genèse 20:2-18)
  • Abimélec avec Rebecca (Genèse 26:7-9)
  • Joseph s’est montré fidèle dans le cas de la femme de Potiphar (Genèse 39:7-12).

Malgré les violations du mariage, Dieu veut que le mariage soit caractérisé par la fidélité :

Tu ne commettras point d’adultère (Exode 20:14 NEG).

Tu ne commettras point d’adultère (Deutéronome 5:18 NEG).

Tu n’auras point commerce avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle (Lévitique 18:20 NEG).

Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort (Lévitique 20:10 NEG).

Si l’on trouve un homme couché avec une femme mariée, ils mourront tous deux, l’homme qui a couché avec la femme, et la femme aussi. Tu ôteras ainsi le mal du milieu d’Israël (Deutéronome 22:22 NEG).

Les Proverbes classifient l’adultère comme l’action d’un fou :

“Celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens.”

Mais celui qui commet un adultère avec une femme est dépourvu de sens, Celui qui veut se perdre agit de la sorte ;  Il n’aura que plaie et ignominie, Et son opprobre ne s’effacera point (Proverbes 6:32-33 NEG).

La folie est une femme bruyante, Stupide et ne sachant rien.  Elle s’assied à l’entrée de sa maison, Sur un siège, dans les hauteurs de la ville,  Pour crier aux passants, Qui vont droit leur chemin :  Que celui qui est stupide entre ici ! Elle dit à celui qui est dépourvu de sens :  Les eaux dérobées sont douces, Et le pain du mystère est agréable !  Et il ne sait pas que là sont les morts, Et que ses invités sont dans les vallées du séjour des morts. (Proverbes 9:13-18 NEG).

La bouche des étrangères est une fosse profonde ; Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera (Proverbes 22:14 NEG).

Car l’Éternel défendra leur cause, Et il ôtera la vie à ceux qui les auront dépouillés (Proverbes 22:23 NEG).

Si tu n’as pas de quoi payer, Pourquoi voudrais-tu qu’on enlève ton lit de dessous toi?  Ne déplace pas la borne ancienne, Que tes pères ont posée (Proverbes 22:27-28 NEG).

Telle est la voie de la femme adultère : Elle mange, et s’essuie la bouche, Puis elle dit : Je n’ai point fait de mal (Proverbes 30:20 NEG).

Voir aussi Proverbes 5:3-22 et 7:5-23.

L’adultère n’est pas seulement une violation de l’intention divine pour le mariage, c’est également un jugement de Dieu sur ceux qui ne lui sont pas agréables (cf. Romains 1:24, 26, 28) :

L’adultère :
“Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera”
(Proverbes 22:14).

Et j’ai trouvé plus amère que la mort la femme dont le cœur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens ; celui qui est agréable à Dieu lui échappe, mais le pécheur est pris par elle (Ecclésiaste 7:26 NEG).

La bouche des étrangères est une fosse profonde ; Celui contre qui l’Éternel est irrité y tombera (Proverbes 22:14 NEG).

Dieu se sert de l’adultère pour illustrer l’adultère spirituel de la nation d’Israël qui est allé après d’autres dieux (Jérémie 3:8-9 ; Ézéchiel 16:32, 38 ; Osée 1:1-3:5). L’intention de Dieu n’a pas changée ; il s’attend à ce que son peuple soit fidèle et à leur époux(se) et à lui-même.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 34-35.

D’autres articles basés sur le même livre

Violations du mariage-le divorce

Divorce

Outre la polygamie, nous constatons que le caractère durable du mariage a été compromis dans l’Ancien Testament. Dieu avait l’intention que le mariage soit permanent en ce qui concerne la vie terrestre :

C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair (Genèse 2:24 NEG).

Le verbe s’attacher (דבק, dâbaq) implique une affection et une loyauté et s’emploie également pour notre attachement à Dieu (cf. Deutéronome 10:20; 11:22 ; 13:4 ; 30:20 ; Josué 22:5 ; 23:8, Theological Wordbook of the Old Testament).

Le prêtre ne pouvait pas se marier avec une femme répudiée par son mari :

Ils ne prendront point une femme prostituée ou déshonorée, ils ne prendront point une femme répudiée par son mari, car ils sont saints pour leur Dieu (Lévitique 21:7 NEG).

Il ne prendra ni une veuve, ni une femme répudiée, ni une femme déshonorée ou prostituée; mais il prendra pour femme une vierge parmi son peuple. (Lévitique 21:14 NEG).

Pour refréner le divorce, la loi a interdit à un homme de reprendre une femme qu’il avait répudiée qui entretemps s’était mariée avec un autre homme (Deutéronome 24:1-4) parce que par son deuxième mariage…

elle a été souillée, car c’est une abomination devant l’Éternel, et tu ne chargeras point de péché le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne pour héritage (Deutéronome 24:4 NEG).

Malgré la présence de divorce en Israël, l’Ancien Testament confirme l’intention de Dieu pour la durabilité du mariage. Il semble, dit Köstenberger, que la loi interdisait la répudiation d’une femme qui était une vierge quand le mariage a été consommé :

et, parce qu’il a porté atteinte à la réputation d’une vierge d’Israël, ils le condamneront à une amende de cent sicles d’argent, qu’ils donneront au père de la jeune femme. Elle restera sa femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra (Deutéronome 22:19 NEG).

l’homme qui aura couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante sicles d’argent ; et, parce qu’il l’a déshonorée, il la prendra pour femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra (Deutéronome 22:29 NEG).

Il est clair que Dieu n’approuve pas le divorce, l’image dont il se sert pour indiquer l’apostasie de la nation d’Israël. Dans la prophétie de Malachie, Dieu s’exprime en langage sans équivoque :

Car je hais la répudiation, Dit l’Éternel, le Dieu d’Israël, Et celui qui couvre de violence son vêtement, Dit l’Éternel des armées. Prenez donc garde en votre esprit, Et ne soyez pas infidèles ! (Malachie 2:16 NEG).


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 33-34.

D’autres articles du même livre

Violations du mariage–la polygamie

Polygamie

Nous avons considéré l’intention de Dieu pour le mariage telle qu’il l’a révélée dans la création (Gen. 1-2). Cette intention divine a été violée dans l’histoire d’Israël. Il est important de noter que l’histoire d’Israël est descriptive ; elle n’est pas prescriptive. C’est-à-dire que l’Ancien Testament décrit ce qui s’est passé dans l’histoire d’Israël sans le prescrire ou l’approuver. Nous allons considérer quelques violations du plan de Dieu pour le mariage.

La polygamie

La monogamie fait partie de l’intention de Dieu pour le mariage malgré les cas de polygamie dans l’histoire d’Israël. Le Créateur était certainement capable de créer plus d’une femme pour Adam, mais il n’a fait qu’Ève en disant :

C’est pourquoi l’homme [singulier] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [singulier], et ils deviendront une seule chair (Genesis 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était simple : un homme et une femme.

Avec plusieurs femmes, Adam aurait pu peupler la terre plus rapidement, mais le plan de Dieu était simple : un homme et une femme. Cette loi du mariage est établi au commencement.

Six générations plus tard, le plan de Dieu a été violé :  “Lémec prit deux femmes” (Gen. 4:19 NEG). Il ne sera pas le dernier : Abraham (Gen. 16:3), Ésaü (Gen. 26:34 ; 28:9), Jacob (Gen. 29:30), Gédéon (Juges 8:30), Elkana (1 Sam. 1:1-2), David (2 Sam. 3:2-5 ; 5:13), Salomon (1 Rois 11:3), Achab (2 Rois 10:1), Jojakin (2 Rois 24:15), Aschchur (1 Chr. 4:5), Roboam (2 Chr. 11:21), Abija (2 Chr. 13:21), Joram (2 Chr. 21:11-14), Joas (2 Chr. 24:1-3) et Belschatsar (Dan. 5:2) ont tous eu plusieurs femmes.

Ils se trompent ceux qui confondent la pratique par des hommes avec l’approbation de Dieu. Les Mormons disent que Joseph Smith voulait rétablir la pratique des patriarches. Pourtant, comme Jésus a démontré dans sa réponse aux pharisiens, nous trouvons la volonté de Dieu pour le mariage non pas dans la pratique des Israélites mais dans ce que Dieu a établi au commencement (Mat. 19:4, 8 ; Marc 10:6).

En fait, certains versets semblent proscrire la polygamie :

Tu ne prendras point la sœur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie (Lév. 18:18 NEG).

Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu’il ne fasse pas de grands amas d’argent et d’or (Deut. 17:17 NEG).

On voit également que le favoritisme perturbait le mariage polygame de Jacob (Gen. 29:30), d’Elkana (1 Sam. 1:4-5) et de Roboam (2 Chr. 11:21). La jalousie était un problème récurrent entre les femmes d’Abraham (Gen. 21:9-10), de Jacob (Gen. 30:14-16) et d’Elkana (1 Sam. 1:6). En plus, les femmes de Salomon “ inclinèrent son cœur vers d’autres dieux” (1 Rois 11:4 NEG). Les mariages multiples de David ont entraîné l’inceste et le meurtre.

La pratique de la polygamie par les patriarches était une violation de l’intention de Dieu pour le mariage comme révélée au commencement.

Bien des passages présentent la monogamie comme l’idéale :

Ta femme est comme une vigne féconde À l’intérieur de ta maison ; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table. (Ps. 128:3 NEG).

Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os (Prov. 12:4 NEG).

Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; C’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel (Prov. 18:22 NEG).

On peut hériter de ses pères une maison et des richesses, Mais une femme intelligente est un don de l’Éternel (Prov. 19:14 NEG).

Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J’étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l’Éternel, et tu fus à moi (Ezek. 16:8 NEG).

Les polygames de l’histoire d’Israël ont abandonné le plan de Dieu pour le mariage et ce qui a fini par leur porter préjudice.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

Violations du mariage–la polygamie

Polygamie

Nous avons considéré l’intention de Dieu pour le mariage telle qu’il l’a révélée dans la création (Gen. 1-2). Cette intention divine a été violée dans l’histoire d’Israël. Il est important de noter que l’histoire d’Israël est descriptive ; elle n’est pas prescriptive. C’est-à-dire que l’Ancien Testament décrit ce qui s’est passé dans l’histoire d’Israël sans le prescrire ou l’approuver. Nous allons considérer quelques violations du plan de Dieu pour le mariage.

La polygamie

La monogamie fait partie de l’intention de Dieu pour le mariage malgré les cas de polygamie dans l’histoire d’Israël. Le Créateur était certainement capable de créer plus d’une femme pour Adam, mais il n’a fait qu’Ève en disant :

C’est pourquoi l’homme [singulier] quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme [singulier], et ils deviendront une seule chair (Genesis 2:24 NEG).

Le plan de Dieu pour le mariage était simple : un homme et une femme.

Avec plusieurs femmes, Adam aurait pu peupler la terre plus rapidement, mais le plan de Dieu était simple : un homme et une femme. Cette loi du mariage est établi au commencement.

Six générations plus tard, le plan de Dieu a été violé :  “Lémec prit deux femmes” (Gen. 4:19 NEG). Il ne sera pas le dernier : Abraham (Gen. 16:3), Ésaü (Gen. 26:34 ; 28:9), Jacob (Gen. 29:30), Gédéon (Juges 8:30), Elkana (1 Sam. 1:1-2), David (2 Sam. 3:2-5 ; 5:13), Salomon (1 Rois 11:3), Achab (2 Rois 10:1), Jojakin (2 Rois 24:15), Aschchur (1 Chr. 4:5), Roboam (2 Chr. 11:21), Abija (2 Chr. 13:21), Joram (2 Chr. 21:11-14), Joas (2 Chr. 24:1-3) et Belschatsar (Dan. 5:2) ont tous eu plusieurs femmes.

Ils se trompent ceux qui confondent la pratique par des hommes avec l’approbation de Dieu. Les Mormons disent que Joseph Smith voulait rétablir la pratique des patriarches. Pourtant, comme Jésus a démontré dans sa réponse aux pharisiens, nous trouvons la volonté de Dieu pour le mariage non pas dans la pratique des Israélites mais dans ce que Dieu a établi au commencement (Mat. 19:4, 8 ; Marc 10:6).

En fait, certains versets semblent proscrire la polygamie :

Tu ne prendras point la sœur de ta femme, pour exciter une rivalité, en découvrant sa nudité à côté de ta femme pendant sa vie (Lév. 18:18 NEG).

Qu’il n’ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu’il ne fasse pas de grands amas d’argent et d’or (Deut. 17:17 NEG).

On voit également que le favoritisme perturbait le mariage polygame de Jacob (Gen. 29:30), d’Elkana (1 Sam. 1:4-5) et de Roboam (2 Chr. 11:21). La jalousie était un problème récurrent entre les femmes d’Abraham (Gen. 21:9-10), de Jacob (Gen. 30:14-16) et d’Elkana (1 Sam. 1:6). En plus, les femmes de Salomon “ inclinèrent son cœur vers d’autres dieux” (1 Rois 11:4 NEG). Les mariages multiples de David ont entraîné l’inceste et le meurtre.

La pratique de la polygamie par les patriarches était une violation de l’intention de Dieu pour le mariage comme révélée au commencement.

Bien des passages présentent la monogamie comme l’idéale :

Ta femme est comme une vigne féconde À l’intérieur de ta maison ; Tes fils sont comme des plants d’olivier, Autour de ta table. (Ps. 128:3 NEG).

Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os (Prov. 12:4 NEG).

Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; C’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel (Prov. 18:22 NEG).

On peut hériter de ses pères une maison et des richesses, Mais une femme intelligente est un don de l’Éternel (Prov. 19:14 NEG).

Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J’étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur, l’Éternel, et tu fus à moi (Ezek. 16:8 NEG).

Les polygames de l’histoire d’Israël ont abandonné le plan de Dieu pour le mariage et ce qui a fini par leur porter préjudice.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

La chute de l’homme et les conséquences pour le mariage

Voir L’intention de Dieu pour le mariage

La chute témoigne un renversement des rôles pour l’homme et pour la femme tels que Dieu les avait désignés. Dieu avait délégué à l’homme aidé par son épouse l’autorité pour gérer la création. Maintenant, Satan en forme d’un serpent séduit la femme qui entraîne son mari avec elle dans une rébellion contre le Créateur.

L’intention de Dieu était que l’homme assume la responsabilité ultime pour le couple, prenne la direction et protège son épouse. La femme n’a pas respecté l’ordre divin pour le mariage en ne pas consultant son protecteur. L’homme par son consentement (Gen. 3:6, 17) partage la culpabilité et Dieu lui impute la responsabilité pour l’acte rebelle :

La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. (Genesis 3:6 NEG).

Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? (Genesis 3:9 NEG).

Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t‘avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, (Genesis 3:17 NEG).

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché…  car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi.  Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. (Romans 5:12-14 NEG).

Conséquences pour le mariage

  • Dieu “dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur” (Gen. 3:16 NEG).
  • L’harmonie dans le mariage sera remplacée par le désir de la part de la femme de contrôler son mari :  “tes désirs se porteront vers ton mari” (Gen. 3:16 NEG, cf. 4:7).
  • L’homme répondra en affirmant son autorité, souvent en dominant sur sa femme (Gen. 3:16).
  • Il sera difficile pour l’homme de d’accomplir le mandat divin de subjuguer la terre (Gen. 1:28 ; 3:17-18).
  • Enfin, et l’homme et la femme mourront (Gen. 3:19, 22).

Grâce et jugement

À la fin du troisième chapitre, Dieu fait des habits de peau pour le couple, ce qui pourrait indiquer qu’un sacrifice a été fait (Gen. 3:21). Encore plus important, il promet une semence, un descendant de la femme, le Messie qui triompherait de la puissance de Satan sur l’humanité (Gen. 3:15). C’est le protoevangelion, la première annonce de l’évangile. Entretemps, le couple est chassé du jardin (Gen. 3:24), signe que la rébellion contre le Créateur porte de conséquences sévères qui assombriront leur mariage.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

La chute de l’homme et les conséquences pour le mariage

Voir L’intention de Dieu pour le mariage

La chute témoigne un renversement des rôles pour l’homme et pour la femme tels que Dieu les avait désignés. Dieu avait délégué à l’homme aidé par son épouse l’autorité pour gérer la création. Maintenant, Satan en forme d’un serpent séduit la femme qui entraîne son mari avec elle dans une rébellion contre le Créateur.

L’intention de Dieu était que l’homme assume la responsabilité ultime pour le couple, prenne la direction et protège son épouse. La femme n’a pas respecté l’ordre divin pour le mariage en ne pas consultant son protecteur. L’homme par son consentement (Gen. 3:6, 17) partage la culpabilité et Dieu lui impute la responsabilité pour l’acte rebelle :

La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea. (Genesis 3:6 NEG).

Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? (Genesis 3:9 NEG).

Il dit à l’homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t‘avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, (Genesis 3:17 NEG).

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché…  car jusqu’à la loi le péché était dans le monde. Or, le péché n’est pas imputé, quand il n’y a point de loi.  Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir. (Romans 5:12-14 NEG).

Conséquences pour le mariage

  • Dieu “dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur” (Gen. 3:16 NEG).
  • L’harmonie dans le mariage sera remplacée par le désir de la part de la femme de contrôler son mari :  “tes désirs se porteront vers ton mari” (Gen. 3:16 NEG, cf. 4:7).
  • L’homme répondra en affirmant son autorité, souvent en dominant sur sa femme (Gen. 3:16).
  • Il sera difficile pour l’homme de d’accomplir le mandat divin de subjuguer la terre (Gen. 1:28 ; 3:17-18).
  • Enfin, et l’homme et la femme mourront (Gen. 3:19, 22).

Grâce et jugement

À la fin du troisième chapitre, Dieu fait des habits de peau pour le couple, ce qui pourrait indiquer qu’un sacrifice a été fait (Gen. 3:21). Encore plus important, il promet une semence, un descendant de la femme, le Messie qui triompherait de la puissance de Satan sur l’humanité (Gen. 3:15). C’est le protoevangelion, la première annonce de l’évangile. Entretemps, le couple est chassé du jardin (Gen. 3:24), signe que la rébellion contre le Créateur porte de conséquences sévères qui assombriront leur mariage.


Notes et commentaires sur God, Marriage, and Family par Andreas J. Köstenberger, p. 31-33.

D’autres articles basés sur le même livre

Le mariage mis en question

gold-ring-question-mark

Dans son livre The Meaning of Marriage: Facing the Complexities of Commitment with the Wisdom of God, pasteur Timothy Keller déclare qu’à part notre relation avec Dieu, le mariage est la relation la plus profonde qui soit.

Le mariage en déclin

Plusieurs facteurs indiquent que le mariage est en déclin (ces statistiques concernent les États-Unis d’Amérique) :

  • Le taux de divorce a doublé depuis 1960.
  • 60 pourcent des naissances sont hors mariage en comparaison avec 89 pourcent en 1970.
  • 72 pourcent des adultes américains étaient mariés en 1960 par rapport à 50 pourcent en 2008.
  • Plus que la moitié des couples cohabitent avant de se marier, ce qui était presque inouï en 1960.

Ces statistiques indiquent une méfiance et un pessimisme croissants vis-à-vis du mariage, surtout parmi les jeunes adultes. Bien des personnes supposent que la plupart des mariages malheureux ou que la cohabitation augmente les chances pour le succès dans le mariage.

La bonté du mariage

Pourtant, ce n’est pas aussi simple. Si 45 pourcent des mariages se terminent en divorce, la majorité de divorces ont lieu pour des personnes qui se sont mariées avant d’avoir 18 ans, qui n’ont pas achevé leurs études au lycée et qui ont eu un enfant avant de se marier. Selon les études, les gens bien éduqués avec un salaire correct, qui viennent d’une famille intacte, qui sont des gens de foi, qui se marient après l’âge de 25 ans et qui n’ont pas eu d’enfant avant le mariage, ces personnes sont rarement touchées par le divorce.

On suppose que le mariage est une importante ponction dans le budget. Pourtant, une étude faite des retraités en 1992 indique que ceux qui ont été mariés d’une manière continue avait accumulé 75 pourcent plus de fortune à leur retraite que les personnes qui ne sont jamais mariées ou qui se sont divorcées sans se remarier. Encore plus étonnant, les hommes mariés gagnent entre 10 et 40 pourcent plus que des hommes célibataires avec une éducation et un emploi similaires.

Pourquoi ?

  • Les gens mariés se réjouissent d’une meilleure santé physique et mentale. La compagnie aide les à rebondir après des difficultés, des déceptions et des maladies.
  • Les époux s’encouragent mutuellement à plus de responsabilité et de discipline personnelles. Par exemple, un célibataire n’a pas besoin de rendre compte de ses dépenses ; les époux gèrent mieux leur argent et font des épargnes et des investissement. Le mariage fait mûrir.”On a fait trop valoir
    les avantages du divorce.”
    Linda J. Waite,
    Université de Chicago

Une étude (www.americanvalues.org/UnhappyMarriages.pdf) a démontré que deux tiers des couples dans des mariages malheureux deviendront heureux en cinq ans s’ils restent mariés et ne se séparent pas. Linda J. Waite, sociologue à l’Université de Chicago a conclu : “On a fait trop valoir les avantages du divorce.”

imageNotes et commentaires sur The Meaning of Marriage: Facing the Complexities of Commitment with the Wisdom of God par Timothy Keller.